Los Angeles (Californie), le 12 juin 2017 – L’Association canadienne du logiciel de divertissement (ALD) s’est réjouie aujourd’hui du nouveau programme sur les compétences professionnelles des immigrants adopté par le gouvernement fédéral dans le cadre du Programme des travailleurs étrangers temporaires, qui représente un pilier important de la Stratégie en matière de compétences mondiales. Grâce à un service plus rapide et plus simple, ce nouveau programme permettra aux studios de jeux vidéo à forte croissance qui exercent des activités au Canada, d’attirer les professionnels spécialisés du monde entier dont ils ont besoin pour le transfert de connaissances, pour innover et se développer.

« Il est essentiel, pour des secteurs en pleine croissance comme le secteur canadien du jeu vidéo, qui emploient de la main-d’œuvre hautement qualifiée, de pouvoir recruter les meilleurs professionnels du monde, a déclaré Jayson Hilchie, président et chef de la direction de l’ALD. Le Canada ne peut continuer de s’imposer comme leader mondial concurrentiel que s’il attire et retient les professionnels qu’il lui faut pour former les Canadiens, transférer les connaissances et le savoir-faire et contribuer à l’innovation et à la croissance », a-t-il ajouté.

Le secteur canadien du jeu vidéo réclame depuis longtemps une réforme du Programme des travailleurs étrangers temporaires, qui ne convenait pas à l’embauche rapide de professionnels très recherchés du monde entier. Les changements annoncés aujourd’hui garantiront au Canada de pouvoir demeurer compétitif sur un marché où tous s’arrachent les professionnels les meilleurs et les plus novateurs du monde. Même si le Canada compte certains des établissements postsecondaires les meilleurs du monde, l’expérience et l’innovation nécessaires peuvent parfois ne se trouver que dans d’autres pays. Alors que la grande majorité des nouveaux employés est recrutée au Canada, en 2015, 13 % de la main-d’œuvre du secteur du jeu vidéo étaient constitués de travailleurs étrangers temporaires, le tiers d’entre eux étant devenus des résidents permanents du Canada.

Déjà, le secteur canadien du jeu vidéo est l’un des plus importants du monde, faisant de plus en plus sentir son influence et exportant dans le monde entier des jeux vidéo et informatiques pour ordinateurs, consoles et appareils mobiles, ainsi que des casques de réalité virtuelle. Le rôle du Canada dans le monde, dans ce secteur, est montré à Los Angeles, dans le cadre de l’Electronic Entertainment Expo, ou E3, où sont présentés les meilleurs nouveaux jeux vidéo et technologies de divertissement.

Il y a plus de 450 studios de développement de jeux vidéo au Canada qui, ensemble, donnent des emplois créatifs et techniques à 20 400 travailleurs. En payant un salaire moyen élevé de 71 300 $ par an, ce secteur injecte chaque année trois milliards de dollars dans l’économie du pays et s’impose comme l’un des principaux secteurs de l’économie numérique en plein essor du Canada.

L’ALD est le porte-parole du secteur canadien du jeu vidéo. L’ALD travaille pour le compte de ses membres pour assurer un milieu favorable au développement à long terme du secteur canadien du jeu vidéo pour tout ce qui est juridique, réglementaire et affaires publiques. Les membres de l’Association regroupent les plus grands développeurs et éditeurs de logiciels interactifs du pays, entre autres Electronic Arts, Ubisoft, Capcom, Activision Blizzard, Microsoft Canada, Nintendo du Canada, Sony Interactive Entertainment, Other Ocean, Glu Mobile, Warner Bros. Interactive Entertainment, Ludia, Silverback Games, Square Enix, Relic Entertainment, Take Two Interactive, Gameloft et Solutions 2 Go.

Pour de plus amples renseignements communiquer avec :
Julien Lavoie – 416-620-7171 poste 248; jlavoie@theesa.ca

Posted juin 19, 2017