Toronto, le 1er novembre 2017 – Selon les résultats d’une nouvelle recherche réalisée par Nordicity et publiés aujourd’hui par l’Association canadienne du logiciel de divertissement (ALD), le secteur canadien du jeu vidéo continue de s’imposer comme pilier de la nouvelle économie des technologies au Canada. Il y a maintenant près de 600 studios actifs dans le développement de jeux vidéo au pays, à qui l’on doit 21 700 emplois directs à plein temps et qui injectent 3,7 milliards de dollars dans l’économie canadienne, ce qui représente une augmentation de 24 % par rapport à 2015.  Le secteur soutient aussi 18 900 emplois indirects à plein temps, ce qui se traduit par un total de 40 600 postes équivalents temps plein.

« Alors que ce secteur se développe et évolue parallèlement aux nouvelles technologies et tendances, il joue aussi un rôle fondamental dans un écosystème de l’innovation déterminant, a déclaré Jayson Hilchie, président et chef de la direction de l’ALD. L’Association a présenté de nombreuses innovations issues de la technologie des jeux vidéo lors de sa récente conférence intitulée Au-delà du divertissement.

« Même si la part du secteur qui développe des jeux pour les appareils mobiles a diminué, le Canada s’impose toujours comme un leader du développement de jeux pour le Web, les consoles et les PC. Le développement dans les domaines de la RV et de la RA se taillant désormais leur place, le secteur trouve de nouvelles façons de s’adapter aux demandes des consommateurs, qui ne cessent d’évoluer », a poursuivi M. Hilchie.

Le secteur canadien du jeu vidéo crée des emplois bien rémunérés et enviables, avec un salaire moyen de 77 300 $ par an. Les studios canadiens sont toujours à l’avant-garde du secteur, avec des titres de franchises haut de gamme, de la nouvelle PI inédite et des jeux acclamés par la critique qui repoussent les limites des normes conventionnelles. Au total, 2 100 projets de jeux vidéo ont été réalisés au Canada en 2016.

« La diversité des entreprises qui constituent ce secteur fait partie de sa force, a ajouté M. Hilchie. Nous avons des studios appartenant à des intérêts canadiens et sous contrôle canadien et des multinationales de toutes tailles, une variété dans les spécialités et les genres de jeux développés, et des liens très forts avec d’autres secteurs émergents comme celui les effets visuels, ainsi que des entreprises innovantes en phase de démarrage », a-t-il expliqué.

Le rapport de Nordicity, intitulé Le secteur canadien du jeu vidéo en 2017 et la brochure Faits essentiels 2017 de l’ALD sont maintenant disponible sur le site theesa.ca.

L’ALD est le porte-parole national du secteur du jeu vidéo au Canada. Elle œuvre pour le compte de ses membres (Activision Blizzard, Glu, Capcom, EA, Gameloft, Other Ocean Interactive, Ludia, Microsoft, Nintendo, Sony Interactive Entertainment, Relic Entertainment, Silverback Games, Solutions 2 Go, WB Games, Square Enix, Take 2 Interactive et Ubisoft) pour leur assurer un milieu favorable au développement à long terme pour tout ce qui est juridique, réglementaire et affaires publiques.

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :
Julien Lavoie, Affaires publiques, ALD, au 416-620-7171 poste 248 ou à jlavoie@theesa.ca.

Posted novembre 1, 2017