Toronto (Ontario), le 1er mars 2013 – L’Association canadienne du logiciel de divertissement (ALD) se réjouit de la nouvelle législation fédérale s’attaquant au crime de la PI. La contrefaçon et le crime du piratage coûtent chaque année des milliards de dollars à l’économie canadienne et dépouillent les détenteurs légitimes, par exemple ceux du secteur du jeu vidéo, des droits qui leur reviennent. Le projet de loi C-56, Loi visant à modifier la Loi sur le droit d’auteur, la Loi sur les marques de commerce et à apporter les modifications corrélatives aux autres lois, accordera aux autorités frontalières du Canada le pouvoir dont elles ont besoin pour saisir les contrefaçons, et contiendra d’autres mesures visant à contrer l’entrée au pays de biens contrefaits et autres marchandises illégales.

« En dotant les agents des services frontaliers des outils qu’il leur faut pour saisir les produits de contrefaçon et autres marchandises illégales, comme les dispositifs de contournement des serrures numériques, on réussira à contenir ce problème constant, a déclaré Jayson Hilchie, président-directeur général de l’ALD. La protection de la propriété intellectuelle (PI) est essentielle à l’économie canadienne, notamment dans les secteurs de contenu comme le nôtre, dont le rendement des investissements dépend du talent, de l’imagination et de la créativité, » a-t-il ajouté.

L’ALD est le porte-parole du secteur canadien du jeu vidéo et informatique, qui compte quelque 16 000 employés dans près de 350 entreprises réparties à travers le pays. En injectant 1,7 milliard de dollars dans notre économie et en cultivant des travailleurs dotés d’un ensemble de compétences artistiques, techniques et administratives, le secteur du jeu vidéo renforce la position du Canada dans une économie mondiale en pleine évolution. Ce secteur dynamique et en plein essor se classe actuellement au 3e rang mondial. L’ALD travaille pour le compte de ses membres pour leur assurer un milieu juridique et réglementaire favorable au développement à long terme du secteur canadien des jeux vidéo. Les membres de l’Association regroupent les plus grands développeurs et éditeurs de logiciels interactifs du pays, entre autres Electronic Arts, Ubisoft, Activision Blizzard, Microsoft Canada, Nintendo du Canada, Sony Computer Entertainment, Disney Interactive Studios, Take Two Interactive, Warner Bros. Interactive Entertainment et Frontier Developments ainsi que les distributeurs Solutions 2 Go et Team One Marketing.

Pour de plus amples renseignements, visiter le site : www.theesa.ca ou communiquer avec :

Julien Lavoie, Relations publiques, ALD
jlavoie@theesa.ca ou 416-620-7171, poste 248

Posted mars 1, 2013